30/07/2017 20:33
Le photographe américain John G. Morris est décédé vendredi 28 juillet à Paris à l'âge de 100 ans, a indiqué, sur son site, l'agence Magnum, dont il a été le principal responsable durant de longues années.
Le photographe américain John G. Morris à New York, le 11 mai 2010.
Photo : AFP/VNA/CVN

Connu principalement pour ses qualités d'éditeur photo, le natif du New Jersey a notamment édité les photos exclusives de son ami Robert Capa prises lors du débarquement de Normandie, le 6 juin 1944, et publiées quelques jours plus tard dans le magazine américain Life.

En 1953, il a rejoint Magnum, co-fondée en 1947 par Robert Capa, pour en devenir le principal responsable opérationnel, chargé notamment de choisir les destinations où envoyer les photographes de l'agence.

"John Morris a joué un rôle très important durant les premières années de Magnum", a écrit le directeur général de l'agence, David Kogan, dans un communiqué publié vendredi 28 juillet sur le site de Magnum.

Après avoir quitté cette agence au début des années 1960, Morris a également travaillé pour les quotidiens américains Washington Post et New York Times.

Un "grand témoin du XXe siècle"

L’exécution d’un suspect Viêt-công par le général du Sud-Vietnam Nguyên Ngoc Loan, à Saïgon (aujourd'hui Hô Chi Minh-Ville), en février 1968.
Photo : Eddie Adams/AP/VNA/CVN

Il fut en particulier à l'origine de la publication, en Une du New York Times, pour son édition du 2 février 1968, de la photo réalisée par Eddie Adams, d'un policier vietnamien de Saïgon (aujourd'hui Hô Chi Minh-Ville) exécutant à bout portant un homme suspecté de collaborer avec le Viêt-công, malgré les réticences d'une partie de la rédaction.

La photographie, transmise par l’agence Associated Press à la rédaction du quotidien américain la veille, était arrivée dans les mains de John Morris quelques minutes avant la conférence de rédaction : "La question n’était pas de savoir s’il fallait l’utiliser ou pas, mais de déterminer la taille [sur la une]». La décision fut rapidement prise. "Sur trois colonnes, en manchette", aurait-on dit, au Monde, qui ne vit la photographie apparaître sur ses Unes que des années plus tard. "La photo d’Adams, plus que n’importe quelle autre image en provenance du Vietnam, incita les gens à se demander si cette guerre valait la peine", espérait-il. Outre le prix Pulitzer, cette image obtint le prix de la photo de l’année, décerné par le World Press.

John G. Morris obtint également la publication, toujours en Une du quotidien new-yorkais, du cliché d'une jeune fille vietnamienne courant nue sur une route après un bombardement américain au napalm.

"La petite fille au napalm" (Vietnam 1972).
Photo : Nick Ut/AP/VNA/CVN

Les deux photos sont devenues des symboles de la violence du conflit vietnamien et ont valu chacune à leurs auteurs le prestigieux prix Pulitzer.

"Une légende a disparu", a twitté l'association World Press Photo, qui organise chaque année un concours de photographie de presse.

"Je suis attristé d'apprendre la mort de John G. Morris. C'était un grand éditeur photo et un ami cher. Il a marqué le photojournalisme", a réagi dans un tweet Jean-François Leroy, cofondateur du festival de photojournalisme de Perpignan Visa pour l'image.

La ministre française de la Culture, Françoise Nyssen, a elle aussi exprimé son "émotion", saluant dans un tweet "une légende de l'image et du journalisme, grand témoin du XXe siècle".
 
AFP - Le Monde/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

L’île de Phu Quôc, une destination incontournable L’été est la saison idéale pour découvrir Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), appelée par plusieurs touristes «le paradis de l'Asie» ou encore «l’émeraude de l'Asie».