09/07/2017 15:35
Le comédien Jean-Pierre Bernard, qui a joué sous la direction de grands metteurs en scène comme Roger Planchon et Jean-Louis Barrault, est décédé à l'âge de 84 ans, a annoncé samedi 8 juillet sa fille Stéphanie Vial-Noël.
Les comédiens Jean-Pierre Bernard (g), Marie Laforêt (c) et Robert Etcheverry (au sol), le 20 juin 1969 à Paris.
Photo : AFP/VNA/CVN

Jean-Pierre Bernard "s'est éteint vendredi à Paris des suites d'une longue maladie", a déclaré Stéphanie Vial-Noël. Jean-Pierre Bernard a interprété les grands classiques du répertoire et joué dans plusieurs dizaines de pièces. Il a aussi tourné dans une vingtaine de films, ainsi que pour la télévision.

Né le 22 janvier 1933, il avait fait le Conservatoire national d'art dramatique (promotion 1957). À la fin des années 1950, il joue au TNP sous la direction de Roger Planchon, puis dans les années 1960 pour Jean-Louis Barrault au théâtre de l'Odéon. Il épouse en 1962 la comédienne et chanteuse Magali Noël (décédée en 2015), dont il divorcera quelques années plus tard.

Il travaille avec le metteur en scène Robert Hossein dans les années 1970, puis avec Francis Huster lorsque celui-ci met en scène Le Cid de Corneille dans les années 1980.

Côté cinéma, il a notamment tourné La sanction en 1975 avec Clint Eastwood, une adaptation d'un roman de Rod Whitaker. Mais il préférait le théâtre au cinéma.

Il a joué jusqu'au bout. En avril à Paris, il interprétait un long monologue, qu'il avait adapté du roman de Romain Gary Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable.

Lui qui n'avait pas connu son père avait choisi de faire du diplomate et romancier son "père spirituel". Ses obsèques seront célébrés mercredi 12 juillet à 11h00 en l'église Saint-Roch à Paris.

Jean-Pierre Bernard sera inhumé jeudi 13 juillet à Entrechaux (Vaucluse), aux côtés de Magali Noël, a précisé leur fille Stéphanie.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Chuông, le village qui préserve la quintessence du nón

Les gongs, l’âme du Tây Nguyên Vivant dans les forêts et les montagnes du Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre), les ethnies minoritaires Ba Na, Ê Dê, Co Tu, M’Nông, Gia Rai, Xo Dang, Chu Ru et Ma considèrent les gongs comme leur trésor. Les gongs sont également sacrés, car ils les aident à communiquer avec leurs divinités.