03/09/2017 08:35
Xôi xéo Hàng Bài, Bún ngan Nhàn et Chè Bốn Mùa sont de véritables institutions de la restauration hanoïenne. Devenues des références dans leur domaine grâce à des décennies d’expérience, elles sont très prisées des gourmets.
>>Hanoï se dévoile à travers ses mets exclusifs
>>La gastronomie de Hanoi en livre

Xôi xéo Hàng Bài


Situé au carrefour des rues Hàng Bài et Ly Thuong Kiêt, le petit coin de Mây (du nom de la cuisinière) propose du xôi xéo (riz gluant cuit à la vapeur aux haricots mungo) depuis une vingtaine d’années. Il ne s’agit pas vraiment d’un restaurant mais seulement de… deux paniers en bambou posés à même le sol. Mây est en effet une vendeuse ambulante, mais qui est fidèle à son bout de trottoir depuis des décennies ! On y voit défiler de bon matin une clientèle des plus hétéroclites, de l’étudiant pressé au retraité en pyjama. Le riz gluant est enveloppé dans des feuilles de bananier, et accompagné de porc défibré séché et d’oignons frits.

Bún ngan Nhàn


Faire la queue est devenu une habitude pour les clients du restaurant Bún ngan Nhàn (vermicelles au canard de Madame Nhàn) dans la ruelle Trung Yên, en plein cœur de la capitale. D’après certains fins gourmets, la saveur de ce bún ngan est unique, ce qui explique que l’on s’y presse aux heures des repas. La soupe est confectionnée à partir d’os de canard mijotés pendant des heures et de champignons séchés. Les morceaux de canard, très tendres, sont la base de ce plat, qui est aussi accompagné de jeunes pousses de bambou séchées et de boulettes de viande. Le restaurant est ouvert de 10h00 à 14h00. Le pic d’affluence est à midi. Comptez 40.000 dôngs le bol.

Bánh giò Nguyên Công Tru


Si le xôi xéo est idéal pour le petit déjeuner, le bánh giò (boulettes de riz en forme pyramide), lui, est préféré comme en-cas. S’il est vendu partout dans la ville, les «fines gueules» vont de préférence le chercher dans un restaurant de la ruelle Nguyên Công Tru, arrondissement Hai Bà Trung. Servi chaud, ce met séduit par sa farce composée de viande hachée et de champignons parfumés. On ne manque pas de l’accompagner de chả cốm (jeune riz et hachis de porc mélangés et frits) et de giò (mortadelle vietnamienne).

Chè Bốn Mùa


Le Chè Bốn Mùa a ouvert ses portes en 1975, dans la rue Hàng Cân. C’est devenu une véritable institution dans le Vieux quartier. Il s’agit d’un restaurant de chè (compote), cette spécialité mi-plat, mi-boisson, à base de fruits. En été, il en propose une grande variété : chè đậu xanh (aux haricots mungo), chè đậu đen (aux haricots noirs), sen nhãn dừa (aux graines de lotus, longanes et noix de coco) ; en hiver, c’est au tour du chè bà cốt (riz gluant, sucre brun et gingembre), bánh trôi tàu (boulettes de riz gluant avec sucre brun), lục tàu xá (dessert d’origine chinoise comprenant haricots mungo, graines de lotus, lait de coco et peau de clémentine).

Si vous êtes intéressés, voici les adresses de ces restos :
- Xôi xéo Hàng Bài (carrefour Hàng Bài – Ly Thuong Kiêt)
- Bún ngan Nhàn (14, ruelle Trung Yên, rue Dinh Liêt)
- Bánh giò Nguyên Công Tru (marché Nguyên Công Tru, arrondissement Hai Bà Trung)
- Chè Bốn Mùa (4, rue Hàng Cân)

Texte et photos : Mai Quynh/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Chuông, le village qui préserve la quintessence du nón

Le Vietnam renforce la promotion du tourisme en Finlande Poursuivant ses activités de promotion du tourisme vietnamien dans quatre pays nordiques, le 18 septembre, la délégation du travail de l'Administration nationale du tourisme, dirigée par le directeur général Nguyên Van Tuân, a organisé un programme de présentation du tourisme vietnamien en Finlande.