13/09/2015 14:48
Avec Daniel Raichvarg, tout s’enchaîne. Il suffit d’évoquer devant lui des mots comme levure, microbes ou, au hasard, l’année 1865 pour qu’il vous parle de Louis Pasteur, de la rage et d’Eiffel. Et tout ça d’une manière extraordinairement communicative.
Daniel Raichvarg anime un atelier à l’université Hoa Sen de Hô Chi Minh-Ville.
Photo : Hervé Fayet/CVN

Daniel Raichvarg, président de la Société française des sciences de l’information et de la communication (SFSIC) et membre du Conseil scientifique de la Fondation Maison de Louis Pasteur (Académie des sciences) était au Vietnam du 9 au 17 août. Une chance pour tous les chercheurs, docteurs et autres professeurs de centres de recherche vietnamiens.

Infatigable arpenteur de la culture scientifique

Daniel Raichvarg y a mené plusieurs missions de front. Il faut dire que 2015 est une année riche pour la science puisqu’elle marque le 150e anniversaire de la pasteurisation. Il conduit ainsi l’ensemble des événements célébrant ce jubilé. 

Depuis de nombreuses années, il a suivi pas à pas la vie et l’œuvre de Pasteur, l’élaboration d’une pensée et l’édification d’un mythe, celui du «saint laïque». Il en a tiré une pièce de théâtre Le Cabaret Pasteur mais aussi un ouvrage remarquablement illustré : Louis Pasteur, l’empire des microbes chez Gallimard, collection Découvertes, réédité à deux reprises.

Différents ouvrages de Daniel Raichvarg. Photo : CTV/CVN

C’est ainsi que l’université Hoa Sen de Hô Chi Minh-Ville a invité Daniel Raichvarg à animer un atelier autour de la thématique : «Louis Pasteur, un modèle pour les relations sciences société», le 12 août dernier. Cette rencontre a donné l’occasion de comprendre comment le brevet est un véritable chef-d’œuvre si nous nous concentrons sur ses différents modes d’existence et a montré comment ce chef-d’œuvre a produit un grand nombre d’artefacts sociaux et culturels aidant à construire une anthropologie communicationnelle d’un savoir scientifique.

Tout ceci nous mène logiquement aux sciences de l’information et de la communication, et à des actions engagées avec l’Université de Hanoi.

Société française des SFSIC

Au carrefour de l’enseignement, de la recherche et des pratiques professionnelles, la SFSIC regroupe de nombreux acteurs qui travaillent dans le champ de l’information et de la communication en France, et à l’étranger. Elle a été créée au milieu des années 1970 par la volonté de quelques universitaires et chercheurs (Roland Barthes, Robert Escarpit, Jean Meyriat, etc.).

Aujourd’hui, la société compte parmi ses adhérents un nombre croissant de membres venus des milieux professionnels (médias, communication sociale, information scientifique et technique), avec près de 500 chercheurs des universités et des grandes institutions spécialisées.

À la suite de doctorats soutenus en France et de plusieurs missions de spécialistes du domaine (notamment deux rencontres avec le vice-président des relations internationales de la SFSIC), les chercheurs vietnamiens francophones sont en train de se structurer et la SFSIC participe à cette structuration. Et pour couronner le tout, le projet d’un numéro des Cahiers de la SFSIC franco-vietnamien est en préparation pour une publication fin 2016. Cet ouvrage de réflexion prendra forme sous la direction d’un comité scientifique franco-vietnamien dont les principaux acteurs ont été réunis par Daniel Raichvarg à l’Université de Hanoi le 17 août. On recense en effet, actuellement, une douzaine de docteurs et doctorants en sciences de l’information et de la communication.

Il s’est aussi laissé tenter par quelques interventions auprès de ses pairs sur les thématiques «Responsabilité sociale des chercheurs» et «Formes populaires de médiatisation des sciences (séries TV, films de fiction, pièces de théâtre, chansons, etc.)».

Une façon de reprendre aussi le titre d’un de ses nombreux ouvrages, Sciences pour tous ? chez Gallimard ou comment rendre accessible le langage de la science, hermétique pour le commun des mortels. Avec lui, tout s’enchaîne, on vous avait prévenus.

Un peu de lecture

- BONNET, J., BONNET, R. & RAICHVARG, D. (dirs) (2014). Communication et intelligence du social. Paris : L’Harmattan, Collection Communication et Civilisation, Tome 1.

- RAICHVARG, D. (2013). Usages «artéfactuels» des sciences. In O. Glasssey, J.-Ph. Leresche, O. Moeschler, Penser la valeur d’usage des sciences, Paris : Éditions des archives contemporaines.

- BONNET, J., BONNET, R. & RAICHVARG, D. (dirs) (2010). Les savoirs communicants : entre histoire, usages et innovations. Dijon : Éditions Universitaires de Dijon.
Hervé Fayet/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Son La : immersion dans le village H'mông de Hua Tat Hua Tat fait partie du district de Vân Hô, province montagneuse de Son La (Nord). Ce village compte près de 140 foyers, la plupart de l’ethnie minoritaire H'mông. Depuis quelques années, c’est une destination très appréciée des touristes.