27/10/2016 20:05
Le Ghana, l'Angola et l'Indonésie sont des marchés où les importations de riz vietnamien ont connu une forte croissance tant en volume qu’en valeur lors de ces neuf premiers mois de l'année.
>>Développer de nouveaux débouchés pour le riz vietnamien
>>Les Philippines importeront plus de 293.000 tonnes de riz vietnamien
>>Un label pour le riz vietnamien est vital

Sacs de riz à exporter de la Compagnie générale des vivres du Sud au port de Saigon (Hô Chi Minh-Ville).
Photo : Vu Sinh/VNA/CVN

Selon le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, le pays a exporté en octobre, 368.000 tonnes pour 164 millions de dollars, et depuis janvier, 4,2 millions de tonnes pour 1,9 milliard de dollars, soit un recul respectif de 21,2% et 16,9% sur un an. Cependant, certains marchés ont connu une bonne croissance.

Ainsi le Ghana, 2e débouché à l’export du riz vietnamien (11% des exportations), a importé 387.000 tonnes de riz pour 189,6 millions de dollars entre janvier et septembre, en hausse de 41,8% en volume et de 36,2% en montant.

Le marché indonésien, 4e débouché (8,2% des exportations nationales), a importé 359.4000 tonnes pour 142,5 millions de dollars depuis janvier, en progression de 21,5 fois en volume et de 22,5 fois en montant. Et en Angola, la hausse a été de 4,4 fois en volume et de 3,5 fois en montant.

Cependant, certains marchés d’importation ont enregistré une forte baisse, notamment la Chine, premier débouché du riz vietnamien (35,4%). Au cours des 9 premiers mois de l’année, les exportations de riz vers ce marché ont atteint 1,35 million de tonnes pour 613,8 millions, en baisse de 23% en volume et de 13,9% en montant.

Selon l'Association des vivres du Vietnam (VFA), les entreprises philippines ont été autorisées à importer 293.100 tonnes de riz vietnamien pour assurer les besoins avant la récolte de 2017.

CPV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
De jeunes francophones découvrent les valeurs traditionnelles du Vietnam

Circuit : «I Love Huê», entre tourisme expérientiel et responsabilité sociale Animée par son grand amour pour Huê et son désir de faire connaître l’ancienne capitale impériale au plus grand nombre, Nguyên Huong Liên, originaire de la province de Quang Tri (Centre), a inauguré en 2014 le tour «I Love Huê». Le but est d’associer le tourisme expérientiel et les activités en faveur de la communauté.