29/05/2017 10:59
Troyes a décroché son billet pour la Ligue 1, l'élite du football français, après avoir résisté aux assauts désordonnés de Lorient et ramené un 0-0 du Moustoir, dimanche 28 mai en barrage retour entre le 18e de L1 et le 3e de L2.
>>Ligue 1 : Marseille 5e et qualifié pour l'Europa League, Bastia et Nancy en L2

La joie des Troyens, qui retrouvent la Ligue 1, le 28 mai au Moustoir à Lorient.
Photo : AFP/VNA/CVN

Pour les Merlus, qui n'auront pas cadré un tir du match, la relégation est la sanction, cruelle mais pas tout à fait illogique, d'une saison marquée par le manque de réalisme offensif mais surtout défensif, à l'image du but du 2-1 encaissé dans le temps additionnel au match aller, et qui aura finalement été décisif.

Complètement apathiques lors de la première période dans l'Aube, Lorient a pourtant démarré cette fois son match au coup d'envoi, face à des Troyens positionnés assez bas, mais bien décidé à jouer le moindre contre à fond.

Par séquence, on se serait cru devant un match de handball, les tangos faisant tourner le ballon pour chercher la faille dans l'arrière-garde très vigilante des blancs.

Positionné en avant-centre, entouré de Majeed Waris et Romain Philippoteaux dans le 4-3-3 choisi par Bernard Casoni, Benjamin Moukandjo aurait pu, voire dû, marquer le but qui suffisait au bonheur des Bretons.

Mais il a vu sa tête sur un corner heurter le poteau (4e), avant d'envoyer largement au dessus des cages sa frappe au point de pénalty, après un service en retrait parfait de Philippoteaux (21e).

Le désarroi du Lorientais, Benjamin Moukandjo, à l'issue du barrage retour contre Troyes, synonyme de descente en Ligue 2, le 28 mai au Moustoir.
Photo : AFP/VNA/CVN

On sentait les Lorientais souvent crispés à l'approche des buts troyens, ce qui explique sans doute les imprécisions dans la dernière passe ou le dernier geste, à l'image des volées ratées par Philippoteaux (24e, 44e) ou de la frappe trop enlevée de Waris (57e) ou celle trop écrasée d'Arnold Mvuemba, pourtant bien placé à l'entrée de la surface (60e).

À l'heure de jeu, Casoni changeait son système en faisant entrer Jimmy Cabot à la place de Walid Mesloub, et Lorient passait quasiment en 4-2-4, alors que dix minutes plus tard, Jean-Louis Garcia sortait le meilleur buteur de Ligue 2, Adama Niane, pour faire entrer Benjamin Nivet, le héros du match aller.

Niane s'était signalé par des frappes pleines de spontanéité, l'une largement à côté (18e), mais l'autre qui avait obligé Benjamin Lecomte à une belle parade sur sa gauche (53e).

Mais la meilleure occasion des Troyens avait été une tête de Jimmy Giraudon aux six mètres, à la suite d'un coup-franc, malheureusement pour eux non-cadrée (35e).

À la 65e, le Moustoir à cru à la délivrance sur une frappe de Mathieu Peybernes déviée presque sur la ligne de corner par Steven Moreira, mais c'est l'extérieur du petit filet que le ballon faisait trembler.

Face à son ancien club, Cabot gâchait ensuite encore une bonne position en n'enroulant pas suffisamment sa frappe des 25 mètres (70e).

La tension montait au fil des minutes, et à une tête non-cadrée de Moukandjo (78e), répondait une énorme occasion d'Alois Confais en contre, incapable de cadrer et dans la foulée un face à face raté par Samuel Grandsir (83e).

Les dernières minutes étaient étouffantes, les centres se succédant sur le but des visiteurs, mais Mamadou Samassa, très présent dans les airs, réussissait à garder sa cage inviolée, ouvert les portes de l'élite à des Troyens qui remontent après une seule saison en Ligue 2.

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Huê, la splendide cité royale du Vietnam Huê (province centrale de Thua Thiên-Huê) est considérée comme le cœur du patrimoine culturel national. Alanguie au bord de la rivière Huong (rivière des Parfums), la ville est une belle indolente à l’histoire ancienne.