24/01/2016 08:34
Au village de Ba Giang, commune de Hông Hà, district de Dan Phuong, Hanoi, on voue au cerf-volant une vraie passion. Plus qu’un jeu, c’est ici un art, que l’on pratique de 7 à 77 ans, et même au-delà. Chaque année, le village organise une fête du cerf-volant, qui draine des passionnés de toute la région Nord.
>>Cinq jours pour la «Mémoire de Hanoi»
>>Fête de la mi-automne : les jouets traditionnels en reconquête

À Ba Giang, on fabrique la ficelle du cerf-volant «à l’ancienne», c’est-à-dire à partir de brins de bambou dont on tire des fils qui sont ensuite laissés à macérer dans du jus de banane – et pas n’importe quelle variété, attention ! -, pour une meilleure durabilité.

Sur chaque cerf-volant est fixée une flûte qui, selon les croyances, permet de chasser les esprits malfaisants et les épidémies. Les villageois vouent une telle passion à ce bel objet qu’ils ont un temple dédié au génie du cerf-volant. C’est là que se réunissent les membres du club local de cerfs-volistes.

La fête du cerf-volant se tient le troisième mois lunaire. Mais les préparatifs débutent des mois avant : choix des bambous, achat de papier, fabrication des cordes et des flûtes... rien n’est laissé au hasard. Avant le concours, les cerfs-volants sont exposés au temple.

Texte : Ngoc Yên/CVN
Photos : Nhât Anh/VNA/CVN

   
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï