31/12/2015 11:07
Les combats ont causé d'importantes destructions à Ramadi, chef-lieu de la province irakienne d'Al-Anbar repris le 27 décembre au groupe État islamique, ont souligné le 30 décembre des responsables irakien et américain estimant qu'il était trop tôt pour envisager un retour des civils dans la ville "libérée".
>>Les troupes turques resteront en Irak
>>Les forces irakiennes avancent dans le centre de Ramadi

Un membre des forces armées irakiennes se tient devant des bâtiments détruits, à Ramadi, à 110km à l'ouest de Baghdad, le 27 décembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Il y a d'importantes destructions dans la ville, liées à la fois aux activités terroristes et aux opérations militaires", témoigne Ibrahim al-Osej, membre du Conseil local de la ville de Ramadi, qui était tombée aux mains des jihadistes en mai.

"Les premières estimations montrent que plus de 3.000 maisons ont été complètement détruites" dans cette ville située à une centaine de kilomètres l'Ouest de Bagdad, poursuit le responsable.

Si quelques poches jihadistes résistent, surtout sur la rive est de la ville, la majorité des quartiers ont été reconquis et continuent d'être "nettoyés" des centaines de bombes et pièges laissés par le groupe État islamique (EI).

Les combattants de l'EI ont disséminé des centaines d'explosifs dans la ville pour contrer l'assaut lancé le 22 décembre par les forces d'élite irakiennes.

Ces dernières ont bénéficié d'une couverture aérienne de la coalition internationale conduite par les États-Unis qui a mené près de 630 frappes dans la région de Ramadi depuis juillet.

"L'eau, l'électricité et autres infrastructures comme les ponts, les hôpitaux et les écoles ont été en partie touchés", poursuit-il.

Dans le centre de Ramadi, sur les bords de l'Euphrate, "cinq ponts ont subi des destructions diverses", a déclaré pour sa part Michael Filanowski, responsable américain des opérations. Leurs travées se sont effondrées et il faudra au moins plusieurs semaines pour les réparer, a-t-il ajouté.

Des civils avaient commencé à fuir Ramadi il y a deux ans lorsque la situation dégénérait. Et l'exode se poursuivait.

Plusieurs dizaines de familles, bloquées chez elles pendant les combats, ont été évacuées par l'armée mardi vers un camp à Habbaniyah, à l'est de Ramadi.

D'après l'Organisation internationale des migrations, 42% des 3,2 millions d'Irakiens déplacés à l'intérieur de leur pays depuis début 2014 sont originaires de la province d'Al-Anbar.
 
AFP/VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï