29/12/2015 15:47
Confrontée à la chute des cours du pétrole, l'Arabie saoudite a adopté le 28 décembre son budget 2016 avec un déficit prévu de près de 80 milliards d'euros et des mesures d'austérité incluant des augmentations de plus de 50% du prix de l'essence.
>>Les femmes participent pour la première fois à un scrutin en Arabie saoudite
>>Arabie : début des premières élections ouvertes aux femmes

Première économie arabe et premier exportateur mondial de pétrole, le royaume saoudien a aussi annoncé avoir enregistré en 2015 un déficit budgétaire record de 89,2 milliards d'euros, sous l'effet d'une baisse de plus de 60% des prix du brut depuis l'été 2014.

Des analystes estiment que Ryad, chef de file de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP), est en partie responsable de cette dégringolade des cours en raison de son insistance à défendre ses parts de marché plutôt que les prix.

Le conseil des ministres d'Arabie saoudite, le 28 décembre à Riyad.
Photo : AFP/VNA/CVN

En présentant le budget 2016, le ministère des Finances a précisé que le gouvernement allait "reconsidérer" les prix de l'électricité, de l'eau et des produits pétroliers, largement subventionnés, dans le cadre de mesures d'austérité pour faire face à la chute des revenus pétroliers.

Peu après, à l'issue d'un Conseil des ministres présidé par le roi Salmane, les premières annonces sont tombées : 50% d'augmentation du prix de l'essence sans plomb 95, à 0,90 riyal (0,21 euro) le litre, et 67% pour l'essence 91, à 0,75 riyal (0,18 euro) le litre. Des hausses qui entrent en vigueur dès mardi.

Émirats, Koweït et Bahreïn

L’Arabie saoudite emboîte le pas aux Émirats arabes unis, devenus cette année la première des pétromonarchies du Golfe à libéraliser les prix du carburant.

Parmi les autres monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le Koweït aussi a levé les subventions sur le diesel et le kérosène et envisage maintenant d'autres réductions pour l'électricité et l'essence. Et Bahreïn a suivi l'exemple lundi 28 décembre en annonçant une réduction des subventions sur le diesel et le kérosène à partir de janvier.

Le marché de l'or noir est récemment tombé à ses plus bas niveaux depuis 2004 à Londres et 2009 à New York, avec les préoccupations sur la surabondance qui ont déprimé le marché pétrolier toute l'année.

Lundi 28 décembre, les cours du pétrole se repliaient à l'ouverture à New York, le cours du baril de "light sweet crude" pour livraison en février perdait 89 cents à 37,21 dollars sur le New York Mercantile Exchange. Malgré la chute des cours du brut, le gouvernement saoudien a maintenu en 2015 un niveau élevé de dépenses, ce qui l'a amené à puiser dans ses réserves en devises, accumulées durant les années où le prix du pétrole était élevé.

Cette année, les revenus ont atteint 608 mds de riyals (147,5 mds d'euros), bien en-dessous des projections pour cette année et des revenus de 2014, et les dépenses 975 mds de riyals (236,6 mds d'euros).
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite virtuelle de l’Opéra de Hanoï

Huê, la splendide cité royale du Vietnam Huê (province centrale de Thua Thiên-Huê) est considérée comme le cœur du patrimoine culturel national. Alanguie au bord de la rivière Huong (rivière des Parfums), la ville est une belle indolente à l’histoire ancienne.